Microbiote, une révolution en marche

Ce qui peut sembler être une forêt vu d’en haut est en fait, votre microbiote, d’où son ancien nom, flore intestinale, principalement composée de … microbes!. Hyppocrate disait : « Toutes les maladies naissent dans les intestins ». Et pour cause nous hébergeons 2kg de bactéries dans notre ventre, ce qui fait de nous des êtres bactériens, car nous en avons plus (100 000 Milliards) que de cellules. Sachez tout de même que nous ne sommes pas tous peuplés du même microbiote. Comme notre empreinte ou notre ADN, nous avons tous une flore qui nous est propre.

Notre microbiote évolue au cours de la vie, il a des fonctions de barrière (contre des bactéries pathogènes), immunitaire , métabolique (digestion, production de vitamines), cérébral (200 millions de neurones dans nos intestins). Les chercheurs penchent sur le sujet depuis peu en France, avec beaucoup d’espoir. Toutes les semaines une nouvelle étude voit le jour.

En effet, le lien entre la qualité et la quantité du microbiote et la santé est maintenant avéré : obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, asthme MICI, … Exemple, en transférant le microbiote d’une souris obèse chez une autre souris non obèse, celle -ci le devient! Chez l’humain, pour l’infection au Clostrodium difficile (20 000 morts /an USA), par transplantation fécale, on obtient 94% de réussite contre à peine 30% avec des médicaments. Conclusion, certaines bactéries favorisent la santé et d’autres, la maladie.

Qu’est ce qui influence notre microbiote?

On peut dire qu’il y a des gentils et des méchants, qu’il y a 3 groupes (entérotypes) de bactéries principales : Bacteroïdes, Prevotella et Ruminococcus liés au régime alimentaire. La composition du microbiote dépend principalement de l’alimentation, de la naissance et de la prise ou non d’antibiotiques de façon répétées. Un bébé né par les voies naturelles, donc en contact avec la flore vaginale de sa mère, allaité, n’a pas le même écosystème qu’un bébé né par césarienne et nourrit au substitut de lait.

Les antibiotiques qu’en à eux, ne font pas le tri entre les bonnes et les mauvaises bactéries, c’est pourquoi on constate une diminution voir une disparition de certaines souches. 4 jours de traitement abime considérablement le microbiote, on récupère 80% sauf si on répète les cures, apparait alors ce que l’on appelle une dysbiose. Cette altération est aussi le fait d’une alimentation inadaptée, d’un stress chronique(le ventre, deuxième cerveau), de pollution, ou d’une pratique sportive insuffisante ou excessive.

Comment agir?

L’assiette est très clairement l’endroit où nous pouvons agir. Pour cela sachez que le microbiote de bonne qualité se nourrit de fibres, 6 semaines d’un régime riche en fibres (prébiotiques) présents dans les végétaux change la composition du microbiote, la recommandation actuelle : 25 fruits et légumes /semaine.

Évitez les sucres raffinés, les plats préparés qui contiennent des additifs qui ont fait l’objet d’études et reconnus comme cause de dysbiose. Mangez des aliments fermentés (non pasteurisés) : miso, légumes fermentés(choucroute, cornichons, kimchi,…) kéfir, kombucha, tempeh. Ils vont vous apporter les probiotiques, cohorte de micro-organisme vivants issue de la fermentation, ces fameuses bonnes bactéries.

Parallèlement à l’alimentation, par rapport à la question du stress, faîtes un point sur votre état actuel, familiarisez-vous à la respiration consciente, la relaxation ou la méditation. Aussi, choisissez une activité physique respectueuse de votre corps, qui favorise la circulation sans épuiser vos réserves, faites confiance en votre ressenti, s’il fallait en citer une, le yoga sans hésitation.

Pour aller plus loin

Je vous invite à regarder le film « Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre » qui montre bien, entre autres, la différence entre le microbiote riche et diversifié de peuples qui vivent de chasse et cueillette par rapport à celui des occidentaux. Un film qui pousse à la réflexion et à l’action! https://www.youtube.com/watch?v=2QbMoqpbBtE Lecture : « L’incroyable pouvoir de votre microbiote »

Merci de m’avoir lu.

Namasté

Betty SAUTRON

Educatrice de santé en Naturopathie

Conférencière

Coach Nutrition -poids

Consultante zéro déchet

Facebook J’alimente la vie
Profil Linkedin

Je consulte à distance et en cabinet à Fontainebleau.

Sources : séminaires 2017 hôpital Cochin, Microbiote intestinal implication dans les maladies. Recherches de Justin Sonnenburg, Philippe Cinquin, Techniques de l’Ingénierie Médicale et de la Complexité et Amandine Gautier-Stein, Mécanismes moléculaires du diabète Julien Royet, Institut de biologie du développement de Marseille Mathias Chamaillard, Centre d’infection et d’immunité de Lille. Joël Doré, directeur de recherche à l’INRA ; Anne-Christine Joly, pharmacien hospitalier à l’hôpital Saint-Antoine, Paris ; Philippe Langella, directeur de recherche à l’INRA ; Marion Mathieu, responsable Pôle associations de malades, Tous chercheurs ; Harry Sokol, gastro-entérologue, hôpital Saint-Antoine,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s